jeudi 9 avril 2009

En savoir plus sur la dysorthographie

Les troubles spécifiques
1) La “dyslexie-dysorthographie dysphonétique”
Elle est la plus fréquente et correspond à une atteinte de la voie phonologique.
En lecture, cette atteinte entraîne de grandes difficultés dans la conversion grapho-phonémique. On observe:
- une méconnaissance des règles de conversion
- des erreurs d'ordonnancement avec des inversions, des ajouts...qui sont à mettre en relation avec les troubles de la séquentialité et de mémoire à court terme chez les dyslexiques.
- des substitutions de graphèmes visuellement proches: b/d; u/n
- des difficultés de discrimination perceptive entraînant des confusions entre phonèmes sourds et sonores: p/b; t/d
- des substitutions de mots graphiquement proches
Le déchiffrage de non - mots est extrêmement difficile.
En revanche, la voie lexicale est fonctionnelle et permet à l'enfant de mémoriser tout un stock de mots réguliers et irréguliers. Ce processus de mémorisation globale de mots nouveaux est cependant ralenti par de faibles capacités de déchiffrage grapho - phonémique nécessaires à la découverte de nouveaux mots écrits. De ce fait, l'enfant peut lire les mots connus (réguliers et irréguliers) mais ne lit pas, ou mal, les mots inconnus pour lesquels il se contente alors d'une approximation visuelle.
La compréhension de mots écrits est le plus souvent correcte tandis que celle de textes écrits reste globale, voire parcellaire.
La dysorthographie se caractérise par des règles de conversion phonémico-graphémique qui ne sont pas mâîtrisées tandis que la voie lexicale est préservée et permet l'acquisition d'un lexique orthographique de sortie (mots réguliers et irréguliers connus en global).
On observe:
- une incapacité à transcrire des non - mots- des omissions, ajouts et inversions de graphèmes- des confusions entre sourde et sonore: p/b; t/d; c/g...
Comme pour toutes les dysorthographies, l'orthographe grammaticale est réduite.
Par la suite, les règles grammaticales sont souvent connues mais ne peuvent être appliquées.
2) La “dyslexie-dysorthographie dyseidétique”
La dyslexie correspond à une atteinte de la voie lexicale alors que la voie phonologique est intacte. L'accès au sens est donc très perturbé. On observe :
- un bon déchiffrage de mots réguliers et de non - mots- un faible lexique visuel- une incapacité à lire les mots irréguliers sans capacité à suppléer par le contexte
Le coût du décodage est très lourd puisqu'il passe par un déchiffrage uniquement grapho - phonémique. Le rythme de lecture est très lent. De plus, comme le lien entre le mot écrit et le signifiant est rompu, les problèmes de compréhension sont majeurs.
La dysorthographie est parallèle à la dyslexie. On observe:
- une bonne correspondance phonémico - graphémique lui permettant de transcrire des non- mots. Ses réalisations sont purement phonétiques.- une absence d'orthographe d'usage dûe à des difficultés de mémorisation visuelle.- des difficultés de segmentation liées à l'absence de sens accordé à l'écrit.
Là encore, l'orthographe grammaticale est très réduite.
3) La “dyslexie-dysorthographie mixte”
Elle correspond soit à une atteinte équivalente des deux voies soit à l'atteinte d'une voies avec des troubles associés.
- atteinte phonologique + mauvaise mémoire visuelle- atteinte de la voie lexicale + trouble de la discrimination perceptive
On observe alors en lecture:
- un mauvais déchiffrage grapho - phonémique- une absence de stock visuel de mots (connus en global)- la compréhension est quasi inexistante
La dysorthographie se caractérise par une absence d'orthographe d'usage, des erreurs de segmentation et une mauvaise correspondance phonémico-graphémique.
4) La “dyslexie-dysorthographie visuoattentionnelle”
Elle n'est pas décrite dans la littérature.
Elle associe des difficultés attentionnelles au trouble lexique. Il n'existe pas de véritables atteintes des voies phonologique et lexicale mais l'enfant n'a pas de capacités visuo - attentionnelles suffisantes pour les mettre en œuvre de façon fonctionnelle. La prise d'indices est faussée au départ car l'enfant ne parvient pas
à sélectionner les informations pertinentes et se laisse perturber par des éléments distracteurs. On observe alors :
- des extinctions de phonèmes, de syllabes, parfois même en position initiale, voire de mots.- des extinctions - reformulations- des ajouts, des omissions et des inversions de phonèmes et de mots- des confusions visuelles de graphèmes et de mots morphologiquement proches- des sauts de ligne
La compréhension est réduite.
La dysorthographie visuoattentionnelle se caractérise par de nombreuses ratures, des hésitations et des retours en arrière. Les erreurs sont les suivantes :
- des omissions, ajouts, inversions de graphèmes et de mots- des extinctions -reformulations- des substitutions de graphèmes morphologiquement proches- un lexique orthographique réduit

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire